logo facebook

Interview croisée de deux infirmières de la Fondation Foyer-Handicap

le jeudi, 04 juillet 2019. Publié dans Rencontres

Interview croisée de deux infirmières de la Fondation Foyer-Handicap

Dominique Chambet et Gaëlle Déprés Sonnet sont infirmières à la Fondation Foyer-Handicap. Dominique y travaille depuis 2013 et Gaëlle depuis 2003.

En quoi consiste votre travail ?

Dominique : À mon arrivée, je prends connaissance des transmissions de nuit. Ce qui prime, c’est l’urgence de la situation médicale ou psychologique des résidents. Je vérifie et distribue les médicaments à chacun d’entre eux, le matin, à midi et le soir. Avec mes collègues, nous allons voir tous ceux qui ont besoin d’un soin, d’une surveillance physique ou psychologique. Je réponds aussi aux diverses sollicitations des soignants. Je m’occupe également du travail administratif. Nous avons un rôle de transmission 24 heures sur 24 de la situation des résidents.

Gaëlle : Nous nous occupons de la prise des médicaments, des pansements, des changements de sonde, des injections, du nursing et de l’accompagnement socio-éducatif des résidents. Dans la journée, nous avons aussi la gestion des dossiers médicaux et la participation aux projets personnels des résidents. Nous faisons aussi un travail de coordination avec l’équipe soignante, la famille des résidents, les médecins et les ateliers. Nous faisons de l’accompagnement et des prises en charge individualisés. Nous avons aussi la chance de faire des sorties et des camps lorsque nous en avons la possibilité. Nos journées sont physiques et longues. Le contact avec les résidents est une partie importante de notre travail. J’essaie donc tous les jours de parler avec chacun d’entre eux.

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce travail ?

Dominique : J’apprécie la relation humaine. De plus, à la Fondation, j’ai pu développer l’intelligence émotionnelle au service de la personne en situation de handicap. Quand j’étais aux soins intensifs, on me demandait d’aller vite et bien. L’acte médical faisait plus appel à des qualités de réactivité alors qu’ici, à la résidence, c’est vraiment cette intelligence émotionnelle qui prime.

Gaëlle : C’est un métier pluridisciplinaire très riche, avec énormément de relationnel et d’échanges. J’apprécie les prises en charge individualisées, de m’occuper d’une personne aussi bien au niveau des soins que de la vie quotidienne, par exemple, acheter des vêtements, boire un café, etc. Si j’ai dix minutes de libres, j’aime prendre ce temps-là pour les résidents. C’est important ! En équipe, chacun a sa spécificité et ce mélange de richesses amène de belles choses. Tout le monde apporte sa pierre à l’édifice. J’ai préféré choisir de travailler dans une structure de type lieu de vie parce que c’est moins impersonnel et plus familial qu’un milieu hospitalier. Nous intervenons chez le résident. Il est important de se sentir bien sur son lieu de travail. Nous devons nous remettre en question tous les jours dans la façon dont nous abordons les gens et cela nous permet d’évoluer.

Quelles doivent être les qualités d’une infirmière ?

Dominique : Les journées sont intenses. Nous aimerions avoir plus de temps pour les résidents. Cependant, malgré un planning chargé, nous essayons au maximum d’être à l’écoute des résidents et de nous adapter à leur rythme.

Gaëlle : C’est un travail très physique, malgré l’utilisation des élévateurs et des verticalisateurs. Ce métier demande énormément d’énergie et d’investissement psychologique, personnel et émotionnel. Il faut beaucoup de présence et de disponibilité.

Que pensez-vous développer à l’avenir ?

Dominique : C’est une vaste question ! Je souhaite développer plus d’interaction avec les résidents, rendre l’éthique plus concrète et accessible pour tous au travers du projet des caf'éthique.

Gaëlle : J’ai de la chance, j’évolue sans cesse au niveau de mon travail. J’ai le projet de créer une nouvelle formation sur les activités de la vie quotidienne comme mettre une veste, vider une poche, mettre un fauteuil électrique en mode manuel, etc. J’aime également former mes collègues sur tout ce qui concerne les traumatismes cranio-cérébraux.

Dominique Chambet

Dominique Chambet

Exerce le métier d’infirmière depuis 25 ans.
A travaillé dans de nombreux services de l’hôpital d’Annecy (cancérologie, cardiologie, soins intensifs, gynécologie, etc.).
A pu également expérimenter le travail de nuit.
Fait partie, depuis 2018, du conseil d’éthique commun aux trois fondations : Aigues-Vertes, Clair Bois et Foyer-Handicap. Est Praticienne-formatrice pour les étudiants infirmiers de la Haute École de Santé.

Gaëlle Déprés Sonnet

Gaëlle Déprés Sonnet

Exerce le métier d’infirmière depuis 23 ans.
A travaillé en France pendant 7 ans à l’association des paralysés de France qui accueille des personnes en situation de handicap.
A également travaillé en rééducation.
A fait partie durant 4 ans du conseil d’éthique commun aux trois fondations : Aigues-Vertes, Clair Bois et Foyer-Handicap
Fait partie du groupe ressource «Handicap et sexualité».
A bénéficié de nombreuses formations sur les traumatismes cranio-cérébraux.
A réalisé avec une collègue des formations sur l’ensemble des handicaps destinées aux nouveaux collaborateurs, chauffeurs et maîtres socioprofessionnels.

Version audio

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité. Option de connection ci-dessous