logo facebook

La gestion des risques, un travail motivant et stimulant

le mardi, 12 juin 2018. Publié dans Rencontres

La gestion des risques, un travail motivant et stimulant

Christian Duvillard est directeur du Contrôle interne et qualité à la Fondation Foyer-Handicap qu’il a rejointe en 2009.

 «Mon travail consiste notamment à gérer les risques dans la Fondation. Ceux-ci sont de toutes natures : liés aux bâtiments, à la santé des personnes ou aux prestations que nous fournissons à nos différents clients et bénéficiaires. De là, je développe des procédures, des directives et des processus d’amélioration. Je collabore quotidiennement avec la direction générale et l’ensemble des employés de la Fondation. Cette diversité est très enrichissante», explique Christian Duvillard.

«Je mène également des audits internes qui visent à s’assurer que ce que nous faisons est toujours conforme aux besoins et attentes de chacun ainsi qu’à la législation. Je collabore aussi à différents projets lorsque mon expertise peut y apporter une valeur ajoutée. Cela peut être, par exemple, dans le développement immobilier», ajoute-t-il.

Ce travail exige des compétences dans de nombreux domaines tels que la gestion de la production, la finance ou la vie à domicile. Il demande une capacité de synthèse dans l’analyse des situations et une prise de recul : « Comme je ne suis pas directement impliqué dans les activités opérationnelles de la Fondation, je peux apporter un regard différent pour imaginer des solutions à des problématiques que nous pouvons rencontrer».

L’inclusion par le travail lui tient également particulièrement à cœur : « Je considère que nous sommes tous des collaborateurs qu’il y ait un handicap ou non. D’ici 10 ans, j’espère que les postes de travail au sein de nos ateliers pourront créer des passerelles avec des entreprises privées».

Il a eu aussi beaucoup de plaisir à mener à bien le projet de la résidence Annette Kaplun qui propose des logements intégrés dans un quartier à des personnes en situation de handicap ayant une grande autonomie. «Mon souhait est que la Fondation puisse à l’avenir proposer des logements adaptés en inclusion totale dans la société où toutes les populations seraient mélangées», ajoute-t-il.

«J’adore mon travail, même s’il y a des défis importants à relever et parfois des frustrations, c’est très motivant et stimulant. Je ne considère pas cela comme des difficultés», conclut Christian Duvillard

Parcours

Christian Duvillard a 56 ans. Il est marié et père de trois filles. Il a toujours vécu à Genève.

Après un apprentissage d’électronicien, il a fait une formation d’ingénieur en électronique aux cours du soir à l’École d’ingénieurs de Genève.

Puis il a travaillé 17 ans dans l’industrie de la machine-outil à la Société d’instruments de physique d’abord comme ingénieur en électronique, puis comme adjoint à la direction de production et finalement directeur des ressources humaines. 

Par la suite, il a intégré, pendant une année et demie, une boulangerie industrielle comme adjoint à la direction de production. 

En 2004, il devient directeur de la Fondation Transport Handicap. 

Le 1er janvier 2009, Transport Handicap fusionne avec Foyer-Handicap. Christian Duvillard intègre alors la Fondation Foyer-Handicap.

Qui êtes-vous vraiment ?

Hobbies
J’ai un engagement bénévole auprès d’une colonie de vacances depuis 46 ans, d’abord comme colon, puis moniteur, directeur de séjour, animateur et actuellement en tant que président de l’association. J’aime beaucoup travailler avec les jeunes adultes qui encadrent les enfants. J’aime également beaucoup bricoler des meubles et depuis deux ans, je fais du golf avec mon épouse. 

Principale qualité
Depuis tout jeune, je suis disponible pour les autres. Je suis également quelqu’un de positif même si la société ne nous ménage pas. 

Principal défaut
J’ai beaucoup de difficulté à dire non. 

N’aime pas
L’immobilisme, aussi bien physique qu’intellectuel. Il faut avoir de « la flexibilité intellectuelle ».

Si vous m’invitiez à manger chez vous, que me cuisineriez-vous ?
En hiver, une fondue. Ou alors un gigot de sept heures (temps de préparation). C’est un délice avec un gratin de pommes de terre.

Version audio

Poster un commentaire

Vous êtes indentifier en tant qu'invité. Option de connection ci-dessous