logo facebook

L’Aigle royal : un oiseau majestueux

le jeudi, 11 juillet 2019. Publié dans Point de vue

L’Aigle royal : un oiseau majestueux

Permettez-moi de me présenter. Je suis un rapace du nom d’aigle royal.

À l’éclosion, mon plumage est entièrement blanc. Une fois devenu adulte, il devient brun foncé. Mes pattes sont blanches.

J’ai les yeux brun foncé et j’ai une vision huit fois plus évoluée que l’homme.

Mon bec est jaune avec une grande extrémité, qui est plutôt sombre avec de la cire jaune. Sa taille varie entre 4 et 6,5 cm de long et très crochu comme une grande partie de rapaces, ce qui me permet d’écraser mes proies en petits morceaux. Mes pattes sont de couleur jaune et j’ai des plumes jusqu’aux doigts. Mes griffes sont très puissantes et mon ongle du pouce m’aide à percer mon quatre-heures. J’ai un secret à vous dévoiler : j’ai une griffe qu’on appelle avillon qui mesure entre 6 et 7 cm de long. Elle se trouve derrière mes serres et me permet d’attraper mes proies.

Je mesure entre 66 et 100 cm de longueur. Mon poids, à l’état sauvage, se situe entre 2,5 kg et 6,8 kg.

Je suis un prédateur redoutable, agile et rapide.

Quand je vole, j’ai une puissance phénoménale. Mon envergure est comprise entre 1,80 m et 2,34 m. Dans les airs, la surface de mes ailes et de ma queue augmente. Ma vitesse de croisière varie entre 45 et 50 km/h, mais je suis capable de faire des pointes de 130 km/h. J’adore plonger dans le vide. Quand je descends en piqué, je frôle les 320 km/h.

Mon cri est le glatissement. Je produis des sons aigus assez discrets. Ma compagne et mes petits émettent un jappement pour réclamer leurs repas. Ceux-ci se composent essentiellement de lièvres, lapins, écureuils, marmottes et chiens de prairie pour mes cousins américains. Cependant, je suis un opportuniste, je prends pour cible, quelle que soit leur taille, ce que je trouve parmi 200 espèces de mammifères et de volatiles.

Je suis fidèle. Ma compagne et moi sommes attachés à notre emplacement et j’apprécie de faire cinq nids que nous utilisons pendant de nombreuses années. Mon habitat est réalisé sur une montagne ou sur un arbre. Il est formé d’un ensemble de branches et de brindilles, garnies de végétation douce, d’herbe, d’écorces, de feuilles mortes, de mousse et de lichen. Le nid doit être très confortable pour ma famille.

Je défends un territoire de 155 km2.

Il arrive que l’on me confonde avec mon cousin éloigné, l’aigle impérial. Celui-ci est un peu plus petit que moi et a une queue plus claire et plus raccourcie. Ses ailes sont plus proches de son corps. Un de mes meilleurs amis, l’aigle ibérique, me ressemble également beaucoup.

Ma tante, plus connue sous le nom de la harpie féroce, est originaire d’Amérique latine. Je vais trouver mes frères dans une grande partie de l’Eurasie. On le trouve aussi dans les Alpes, les Pyrénées et en Asie de l’Est.

J’ai une grande réputation : on me décrit comme étant le plus ravissant des aigles, et on m’attribue le titre de roi des oiseaux. Depuis la préhistoire, certains peuples comme les Hittites, les Perses et les Assyriens le mettent au-dessus des étendards. Pour les Romains, je suis également un messager des dieux et un oiseau de Jupiter. Les Amérindiens utilisent mes plumes pour leur coiffe de guerre.

Durant mes voyages, je vois des hommes qui souhaitent me chasser. Je vous rappelle que je suis une espèce protégée. Merci de me laisser vivre en paix.

Galerie Vidéo