logo facebook

Bob Marley, un artiste jamaïcain exceptionnel

le lundi, 03 mai 2021. Publié dans Culture et loisirs, Musique

Bob Marley, un artiste jamaïcain exceptionnel

Bob Marley, auteur-compositeur-interprète, chanteur et musicien, est né le 6 février 1945, à Nine Mile, en Jamaïque. Son nom complet de naissance est Robert Nesta Marley. Il a été surnommé « The King of reggae » (le roi du reggae). Son pseudonyme était Tuff Gong.

Histoire familiale de Bob Marley
Sa mère, Cedella Marley Booker (née en 1926, morte en 2008) est une chanteuse et écrivaine jamaïcaine. Son père, Norval Sinclair Marley (fils d’un colon blanc ; mort en 1955) est élevé par sa mère en Jamaïque et voyage beaucoup pour affaires. Ses parents se marient alors que Cedella a 18 ans et Norval, 50. Bob Marley sera élevé presque exclusivement par sa mère (son père n’ayant jamais vécu avec eux) jusqu’à ses 5 ans environ. Son géniteur le prend avec lui dans la capitale pour une courte période, mais le confie à une dame âgée. L’apprenant Cedella le reprend et ils vont vivre à Kingston (quartier de taudis), seul lieu où elle pouvait se permettre de vivre avec son fils. À Trenchtown, elle se met en couple une première fois avec Taddeus Livingston. Cet homme, père de Bunny Livingston (soit Bunny Wailer) formera le trio Wailers avec Bob et un autre membre, en 1963. Par la suite, elle a une autre union avec Edward Booker et va vivre dans le Delaware. De ces deux unions, elle aura d’abord une fille (Pearl) et ensuite 2 garçons (Richard et Antony). De son côté, le géniteur du chanteur aura une fille. Bob Marley aura donc 2 frères et 2 sœurs. Pour résumer, on peut dire que de son enfance jusqu’à l’adolescence (et même jeune adulte), il n’aura pas une vie facile et stable.

Ses débuts
Son style musical appartient au reggae, ska et rocksteady. Il chantait, jouait de la guitare et des percussions. Il commence sa carrière en 1962. Alors qu’il vit à Trenchtown avec sa mère, il rencontre Bunny Livingston, puis Peter Mackintosh qui deviendront les premiers membres de la première formation musicale de Bob Marley. Ensemble, ils interprètent des tubes de rhythm and blues entendus sur les radios de Miami. En 1963, c’est la création du groupe « The Wailing Wailers » (les gémisseurs gémissants) avec Junior Braithwaite, Peter Tosh et Bunny Wailer qui vont jouer des morceaux de ska, gospel, rhythm and blues et soul (dont « Simmer Down »). En 1964, le titre « Simmer Down » devient le premier vrai succès local en Jamaïque. D’autres morceaux suivront. Après son mariage en 1966, le chanteur - à ses débuts - part rejoindre sa mère remariée, dans le Delaware, aux États-Unis. Bob Marley continue à écrire des chansons tout en travaillant dans un hôtel.

Son intérêt croissant pour le mouvement rastafari (cf. plus bas), il autoproduit – après l’été de la même année - le titre « Bend Down Low » dans le nouveau style rocksteady et crée le label indépendant, en parallèle, le label indépendant « Wail’n Soul’m », avec Peter Tosh et Bunny Livingston. En 1967, ses disques n’ayant pas un succès lui permettant de subvenir à ses besoins ainsi qu’à ceux de sa famille et pour se ressourcer spirituellement, il retourne dans son village natal en 1967. Il continue à enregistrer des disques dans son label, sous le nom de Bob Marley & The Wailers.

Rencontre avec Johnny Nash, chanteur américain (1968)
En 1968, Bob et Rita Marley ainsi que Peter Tosh rencontrent Johnny Nash. Celui-ci décide de lancer le style rocksteady aux États-Unis. Bob Marley va lui laisser des compositions inédites (dont « Stir It Up »). Cette chanson va devenir un succès pour le chanteur américain, tandis que l’album du groupe de Bob Marley ne sort pas (il le sera finalement qu’en 1997). C’est un peu le « temps de vaches maigres ».

Son essor
En 1973, sous le nom du groupe des Wailers, Bob Marley et ses accompagnants sortent deux albums, à Londres. Après une tournée en Angleterre, différents membres quittent le team et le chanteur jamaïcain se retrouve en solo. Il s’adjoint néanmoins le trio vocal féminin « The I Three », composé de Rita Marley (son épouse), Marcia Griffiths et Judy Mowatt. « Wailers » représentera dès lors les musiciens (basse, batterie, piano, guitare, harmoniciste, percussions) et l’interprète. Leur premier album ensemble « Natty Dread » est un chef-d’œuvre. Il permettra une reconnaissance mondiale de la musique de Bob Marley et des Wailers. Eric Clapton reprendra « I Shot the Sheriff » qui accentuera le phénomène.

Entre 1975 et 1976 suivront les albums « Live ! » (dans lequel se trouve le single « No Woman No Cry ») et « Rastaman Vibration ». En 1977, après une tentative d’assassinat où Bob Marley sort indemne (bien que blessé, cf. plus bas), le chanteur s’exile à Londres pour sa sécurité. Cette parenthèse anglaise durera jusqu’à mi 1978. Il retourne avec son groupe, justement cette année-là, en Jamaïque pour le concert intitulé « One Love Peace Concert » qui sera un phénoménal succès (le 22 avril). À cette occasion, l’icône du mouvement rasta parvient à réunir sur scène les deux ennemis politiques de l’époque. C’est l’ascension de sa carrière. Les tournées s’enchaînent. Toujours en 1978, il fait construire son studio, nommé Tuff Gong (surnom qu’il s’est donné). Les albums « Babylon by Bus », « Kay » et « Survival » sortent. Bob Marley & The Wailers vont notamment se produire en Nouvelle-Zélande et dans le continent africain (dont en Zimbabwe en 1980, à l’occasion de l’indépendance du pays).

Sa maladie
Suite à un match de football et une blessure au pied droit, en mai 1977, on diagnostique un mélanome au gros orteil à Bob Marley. Celui-ci est opéré deux mois plus tard, mais que partiellement (l’artiste refuse l’amputation qu’on lui conseille, par superstition). Il se croît tiré rétabli. Mais affaire à suivre…

La fin de sa carrière
Il ne va pas terminer sa dernière tournée mondiale « Uprising Tour » en 1980. Son dernier concert se tiendra le 23 septembre de cette année-là. Bob Marley ne retournera plus en studio et ne se produira plus sur scène.

La fin de sa vie
En 1980, lors du jogging à New York, il perd connaissance. Il passe un examen qui lui révèle que son cancer s’est étendu : 5 tumeurs… Les professionnels consultés lui prédisent seulement un mois de vie. Le chanteur consulte un autre médecin en Allemagne (le très conversé Josef Issels) qui ne réussira qu’à prolonger que très brièvement sa vie au prix d’horribles souffrances.

Il ne dit rien à son entourage et joue un dernier concert enregistré à Pittsburgh, le 8 octobre.

Son décès
Bob Marley souhaiter retourner en Jamaïque, mais ne réussira pas à atteindre sa destination finale. Il décède d’un cancer généralisé à Miami, aux États-Unis, le 11 mai 1981. Il est rapatrié en Jamaïque et enterré dans son village natal de Nine Miles. Ses funérailles seront nationales.

Ses successeurs et son influence
Certains de ses fils font de la musique (Ziggy et Damian, notamment : cf. interview de Virginio Bruno). Bob Marley a également influencé des artistes de différents genres.

Vie privée
Bob Marley aura 13 enfants reconnus, de 8 femmes différentes, dont 4 avec la seule femme qu’il va épouser (union entre 1966 et 1981), Rita Marley. Certains de ses enfants (par exemple Damian et Ziggy) sont dans la musique.

Faits marquants
Il échappe à une tentative d’assassinat le 3 décembre 1976 à Kingston, peu avant le grand concert en plein air « Smile Jamaica ». Seront touchés lors de cette fusillade (perpétrée par 6 hommes) : lui-même, sa femme Rita et le manager Don Taylor. Ils sont touchés les trois, mais évitent la mort miraculeusement (surtout l’épouse du chanteur). Une des personnes impliquées dans ce délit est Jim Brown, un proche du parti de droite proaméricain, le JLP. Ce crime serait-il lié à des raisons politiques et raciales ? La question demeure en suspens pour Bob Marley. Celui-ci participera comme prévu au concert « Smile Jamaica », à Kingston.

Bob Marley Statue Kingston Jamaica Grand

Anecdotes

  • Plus de 200 millions de disques vendus à travers le monde
  • Bob Marley devient rasta dès 1966 sous l’influence notamment de Mortimo Planno (personnage important du mouvement rastafari)
  • Hommage posthume de Bob Marley par la Jamaïque : nommé à l’ordre du Mérite jamaïcain
  • Statue grandeur nature érigée en Jamaïque
  • Création d’un musée dédié à Bob Marley dans une maison qui lui avait appartenu (56 Hope road, dans un quartier chic)

Discographie de son vivant

Albums studio

  • The Wailing Wailers, Sortie: 1965
  • Soul Rebels, Sortie : 1970
  • Soul Revolution, Sortie : 1971
  • The Best of the Wailers, Sortie : 1971
  • Catch a Fire, Sortie : 1973
  • Burnin’, Sortie : 1973
  • Natty Dread, Sortie : 1974
  • Rastaman Vibration, Sortie : 1976
  • Exodus, Sortie : 1977
  • Kaya, Sortie : 1978
  • Survival, Sortie : 1979
  • Uprising, Sortie : 1980

Mon avis
Les chansons de Bob Marley sont intemporelles. Elles sont mélodieuses et pleines de sens. Bob Marley avait des idées pacifistes. Son « adhésion » au mouvement rasta l’a rendu encore plus accessible, bienveillant et reconnu. Pour lui rendre hommage et pour les raisons évoquées juste avant, j’ai écrit cet article.

Le saviez-vous ?

Qu’est-ce que le mouvement rastafari (rasta) ?
Le rastafarisme, aussi appelé mouvement rastafari, est un mouvement philosophique et culturel. Les « rastas », nom donné à la plupart de ses membres, vivent dans les îles Caraïbes et plus particulièrement en Jamaïque.

Origines
Cette dénomination provient de « Rastafari Makkonen » (nom du Négus d’Éthiopie). C’est dans les années 30 que le mouvement rastafari naît aux États-Unis et en Jamaïque (année du couronnement du Négus d’Éthiopie cité plus haut qui prendra le nom d’Hailé Sélassié). Il provient du fait que certains leaders de la cause des Noirs étaient convaincus que la seule « vraie » Bible était celle des origines. Ils conseillaient le retour en Afrique, pour les descendants des esclaves originaires d’Afrique. Les rastas considèrent l’empereur d’Éthiopie comme le « Messie » de par les écrits bibliques (Hailé Sélassié étant, selon la tradition, un descendant du roi Salomon et de la reine de Saba. Cet homme serait celui chargé de les ramener en Afrique, et plus particulièrement en Éthiopie (seul pays africain n’ayant jamais été colonisé par les Européens). Bien qu’il n’ait aucun lien avec le mouvement, il a accordé des terres, près d’Addis Abeba. Certains sont venus s’y installer.

Particularités des rastas
Ils croient en un Dieu qu’ils appellent « Jah » (abréviation pour « Jéhovah »). Ils fument du cannabis qui, selon eux, est une manière de méditer pour se rapprocher de Dieu. Généralement, ils sont proches de la nature, ne boivent pas d’alcool et ne consomment pas de viande. Ils se laissent pousser les cheveux et portent des « Dreadlocks ». Les couleurs les représentant sont celles du drapeau éthiopien : vert, jaune et rouge.

La musique
Le reggae est associé à la culture et au mouvement des rastas. Certains artistes dont Bob Marley, les Wailers, Jimmy Cliff et Alpha Blondy ont permis de faire connaître ce mouvement dans les années 1970/1980. Bob Marley est le plus connu de cette liste. Plus récemment, le rappeur Snoop Dogg a affirmé s’est converti (2012). Il a sorti un album de reggae.

Interview de Viginio Bruno, collaborateur à Foyer-Handicap et fan de Bob Marley

01a Grand

Comment et quand as-tu connu Bob Marley ?
Je suis devenu fan quand j’étais à l’école, à l’âge de 15 ans. J’avais un copain qui amenait son lecteur de radiocassette. Il m’a fait découvrir Bob Marley. On l’écoutait même dans les bus et ça m’a fait « tilt » !

Qu’est-ce qui te plaît dans sa musique ?
Même si je ne comprends pas l’anglais, je sais que ses chansons m’inspirent l’amour.

Que penses-tu de la vie qu’il a eue ?
Il a eu une vie très difficile, surtout avec son père.

Pourquoi est-il unique ?
Il est vraiment LA grande légende du reggae. C’est avec lui que j’ai connu ce style de musique. Par la suite, j’ai découvert d’autres chanteurs de reggae. Même si Bob Marley est mort depuis longtemps, de nombreuses personnes de tous pays reprennent encore ses chansons.

Quelle est ta chanson préférée ?
Je les aime presque toutes. J’adore « Stir It Up » qui est vraiment excellente.

Que penses-tu de ses successeurs ?
Bob Marley a eu de nombreux enfants dont Ziggy, Vincent, Damian, Julian… Je ne les connais pas tous. Mais la plupart font de la musique. J’ai déjà vu Ziggy Marley en concert. J’avais vraiment l’impression de voir son père. Ils se ressemblent comme deux gouttes d’eau.

Galerie Vidéo

Pour en savoir plus

Site internet officiel
https://www.bobmarley.com

Chaîne YouTube
https://www.youtube.com/bobmarley

Documentaire sur la tentative d’assassinat de Bob Marley sur Netflix
https://youtu.be/MbRamkuMUHI

ReMastered: Who Shot the Sheriff 
2018, 57 minutes, âge conseillé : 16 ans et plus
« En 1976, la légende du reggae Bob Marley survit à une tentative d’assassinat, alors que des heurts politiques déchirent la Jamaïque. Mais qui a commandité la fusillade ? »

Série documentaire sur YouTube (pour les 75 ans de Bob Marley, 2020)
LEGACY, bande-annonce
https://youtu.be/rGKxeqVgrCk